logo
 

Site


Clip:
Le mémorial de la Chapelle Française

Actualités

Visites guidées
Activités
Rapports de presse

Histoire

de la caserne
des prisonniers
des réfugiés de l'Est

Chapelle Française

Origine et évolution
Utilisation religieuse
Protection du monument

Expositions

Camp de prisonniers de guerre
Projets pédagogiques
Fuite et expulsion

L'Association

Bienfaiteurs

Contact

 

 

 

Histoire de la caserne


1938

Dans le cadre du réarmement national-socialiste début de construction  d’une caserne pour infanterie.

15-11-1939 Pas encore terminée, la caserne est déclarée camp de prisonniers de guerre Stalag VI E pour soldats polonais.
05-06-1940 Changement de l’appellation en Oflag VI A pour officiers.
31-07-1940  Arrivée d’environ 1.300 officiers français.
06-04-1945 Libération des prisonniers de guerre (alors au nombre de 5.000) par les alliés.  La caserne prend le nom de Camp Vantelot.
1945 Hébergement de personnes déplacées de différentes nationalités
1946 Hébergement de réfugiés venant de l’Est sous le nom de « O-Lager »
1951

Evacuation du camp. Prise en charge par l’armée belge. La caserne prend le      
nom de « Colonel BEM Adam » , ancien résistant belge.             

1994 La garnison belge quitte les lieux.
1995 L’ensemble des bâtiments est classé monument historique.    
depuis 1997

Utilisation de la caserne par différentes initiatives culturelles.

 


↑ haut des page

 

Histoire des prisonniers de guerre français

Lors de la défense de leur frontière orientale, des soldats français sont fait prisonniers au nord-est du pays par les troupes allemandes. Par train, des officiers français sont transportés de Nancy à Soest. Les premiers prisonniers arrivent à Soest, en Westphalie, le 31 juillet 1940.  

Selon la Convention de Genève, les officiers ne peuvent être astreints au travail. Ils doivent pourvoir eux-mêmes à leur propre vie journalière. Parmi eux, des personnalités créatives initient dans le camp une intense vie culturelle et religieuse.

La plupart des officiers reste cinq ans en captivité à Soest. Les troupes alliées libèrent les prisonniers de guerre le 6 avril 1945. C’est aussi la fin de la guerre pour la ville de Soest. Deux semaines plus tard commence le rapatriement des prisonniers de guerre en France. 

 


↑ haut des page

Histoire des réfugiés de l’Est

 Les réfugiés venant des anciennes provinces allemandes de l’Est arrivent à Soest après être passés d’abord par le camp principal de transit de Siegen-Wellersberg.  Ceux qui ne trouvent pas de logement dans la ville très endommagée sont hébergés dans l’ancien Oflag VI A pour prisonniers de guerre, qu’ils nomment « O-Lager ». Le camp est alors dans un état déplorable. Portes et fenêtres manquent en partie, il n’y  pas de mobilier. On dort par terre sur une couche de paille. Des toiles et couvertures suspendues sur des cordes à linge séparent provisoirement les différentes chambres les unes des autres.

Les réfugiés restent pour la plupart cinq ans dans ce camp. Les conditions de vie et de logement s’améliorent petit à petit. L’intégration dans la population de Soest se fait après maintes réticences.

En 1951, dans le cadre de la remilitarisation, le camp est évacué pour faire place à l’armée belge qui le prend en charge. En l’espace de seulement 100 jours, les anciens Silésiens se  construisent un nouveau lotissement au sud-est de la ville.

 

 

Gedenkstätte Französische Kapelle Soest
Meiningser Weg 20
59494 Soest


Adresse postale:
Geschichtswerkstatt Französische Kapelle e.V.
Detmolder Str. 12
59494 Soest / Allemagne

Tél:
+49 29 21-7 23 32
+49 29 21-6 58 27
eMail:
info@franzkapellesoest.de

 

 .